Aplatophis chauliodus
Actualités

Aplatophis chauliodus aka serpenton dentu un monstre marin très choquant

Les profondeurs des océans regorgent de plusieurs espèces dont certaines sont inconnues des hommes. C’est le cas de l’Aplatophis chauliodus ou le serpenton dentu considéré comme un monstre marin. Qu’est-ce que c’est concrètement ? Découvrez-le ici !

Origine de l’Aplatophis chauliodus

Il est connu de nos jours grâce à la description faite en 1956 par James Erwin Böhlke. Provenant du règne animal, l’Aplatophis chauliodus est issu de l’embranchement des chordés ou chordata. Il appartient à la famille des Ophichthidae.

Les Ophichthidae sont des espèces dont le corps a une forme allongée et ressemble à celui d’un serpent. Il est du sous-embranchement des vertebrata. C’est-à-dire qu’en dehors de son corps très allongé, il a comme toute espèce de son genre une colonne vertébrale. Son appartenance familiale se justifie par son mode de vie et sa ressemblance avec le serpent.

De par son caractère similaire à celui des espèces aplatophis, notre monstre marin s’est vu attribuer le genre des Aplatophis. C’est de ce genre qu’il tient son nom Aplatophis chauliodus. Il doit son appartenance à cet ordre des anguilliformes de par sa forme allongée et l’absence de nageoire. Tout cela était connu grâce à l’étude sur un spécimen apparu au Texas, par Kenneth Tighe, spécialiste des anguilles.

Description de l’Aplatophis chauliodus ou serpenton dentu

L’Aplatophis chauliodus ou le serpenton dentu est une espèce d’anguille dont le tout premier spécimen a été découvert en 1798. Habitué des eaux marines tropicales, il se retrouve dans les eaux de l’océan atlantique du côté ouest. Les eaux du golfe du Mexique et de la Guyane française sont des endroits très fréquentés par un tel spécimen. Notons qu’il est très probable de le retrouver dans les profondeurs des eaux du Mexique.

Bien caché en profondeur de l’océan, l’aplatophis chauliodus se trouve à une distance comprise entre 30 et 90 m du niveau de l’océan. Cela ne favorise donc aucune rencontre fortuite avec le monstre marin à condition d’aller à sa rencontre dans les profondeurs de l’eau. Avec sa forme allongée, l’anguille a une tête suivie d’un tronc long qui aboutit à une queue. Il n’a ni nageoire ni écaille. La forme identique d’un serpent. D’où la dénomination serpenton.

Le complément de nom dentu s’était ajouté au nom serpenton à cause de son museau plein de dents. C’est cet ensemble qui lui a valu le nom de serpenton dentu. Ayant une tête faite uniquement de museau avec des dents, c’est à supposer que le monstre marin est sans yeux. En effet, suite à sa découverte sur la plage du Texas, il était dans un état évolué de décomposition. Seules ses mâchoires et dents étaient visibles. Les yeux étaient inexistants.

Ainsi, la théorie relative à l’existence effective de ses yeux reste sans réponse. Sa bouche est faite de mâchoires inférieure et supérieure sur lesquelles s’alignent une multitude de dents. Pour ce qui est de la mâchoire inférieure, elle comporte trois (3) dents crochues et pointues à l’avant et deux rangées de dents sur chaque côté latéral. La mâchoire supérieure en dispose quatre (4) légèrement plus longues que celles de la mâchoire inférieure. Elle a également sur chacun de ses côtés latéraux deux rangées de dents.

Animal assez discret, l’Aplatophis chauliodus vit dans un terrier de façon permanente ou mi-permanente. Il ne laisse transparaître que son museau lorsqu’il est dans son terrier. De sexe mâle ou femelle, il atteint une longueur totale de 80 cm (mâle). Pour se nourrir, l’Aplatophis chauliodus a une multitude de choix entre les poissons osseux et les crustacés. Crabe, langouste, crevette, et tout type de poisson osseux, aucune de ses espèces n’échappe à ses dents.

Si on est convaincu de la nature de l’Aplatophis chauliodus ou serpenton dentu, certaines réponses à son propos (existence des yeux) restent introuvables.

Passionnée par le Web, je recherche sans cesse de nouvelles actualités pour vous les partager dans la joie et la bonne humeur. N'hésitez pas à commenter et à relayer !