Blog d'actus pas comme les autres
Journal
La fibromyalgie

La fibromyalgie : une maladie invisible et handicapante

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
La fibromyalgie : une maladie invisible et handicapante
5 (100%) 4 votes
Douleurs articulaires diffuses, troubles du sommeil, fatigue intense voire épuisement total, les symptômes de la fibromyalgie sont nombreux. Bien qu’ils soient réels chez les personnes qui en souffrent, aucune lésion ni inflammation n’est malheureusement décelée lors des examens médicaux. Gros plan sur une maladie parfois handicapante qui touche de plus en plus de personnes à travers le monde.

Gros plan sur la maladie, la fibromyalgie

La fibromyalgie ou syndrome polyalgique idiopathique diffus touche de plus en plus de personnes et dans la plus grande majorité des cas, ce sont les femmes qui sont les patients les plus concernés. Elle touche la plupart des personnes vers l’âge de 40 ans, mais même les enfants peuvent en être sujets. Controversée en France, elle n’en reste pas moins reconnue par l’OMS depuis 1992 comme étant une maladie à part entière.

Les origines de la fibromyalgie

Les causes de la fibromyalgie restent en grande partie mystérieuses. Cependant, plusieurs hypothèses sont mises en avant.
  • En effet, il s’agit d’une maladie où de nombreux facteurs sont probablement à l’origine des symptômes.
  • Une anomalie musculaire, des altérations du système endocrinien, intestinal ou hormonal, une infection virale, une anomalie du système immunitaire, une hypersensibilité à la douleur notamment ou encore des anomalies physiologiques du système nerveux peuvent être à l’origine de cette maladie.
  • Et, là encore, la fibromyalgie a également une composante génétique : plusieurs gènes pourraient être impliqués dans le déclenchement de la fibromyalgie ce qui explique alors que plusieurs membres d’une même famille en soient atteints.

  • En parallèle, certains facteurs peuvent entraîner la maladie voire l’aggraver comme la pérennisation d’une affection – hépatite C ou B, la maladie de Lyme par exemple – le stress, un traumatisme physique comme un accident, un manque de sommeil réparateur chronique, un choc émotionnel par exemple.
    Une explication détaillée de la fibromyalgie
    Quoi qu’il en soit, les personnes atteintes ont souvent un profil psychologique bien particulier. De nombreuses études mettent en effet en avant le lien fort entre la fibromyalgie, l’anxiété et la dépression dans un tiers des cas.

    Les symptômes de la fibromyalgie

    Les symptômes associés à la fibromyalgie sont épisodiques ou permanents. Ils surviennent la plupart du temps la nuit et au levé. Les personnes atteintes ressentent alors une fatigue importante, la sensation que le sommeil ne fut pas réparateur le tout, accompagné de douleurs musculaires et articulaires d’intensité variable. Les douleurs s’apparentent à des brûlures, des déchirures, des piqûres voire une sensation de recevoir des coups tranchants voire d’être écrasé par un étau.
    Ils peuvent également s’accompagner de troubles de la sensibilité, d’engourdissement, de démangeaisons, de palpitations, de troubles digestifs notamment. Les malades souffrent aussi souvent d’une hypersensibilité au bruit et à la lumière auxquels s’ajoutent des troubles cognitifs : troubles de l’attention, de la mémoire en particulier.

    En règle générale, les personnes touchées sont d’un naturel anxieux, dépressif et tendu.

    Les symptômes sont nombreux et la cohabitation avec d’autres maladies ou syndromes – rhumatismes articulaires, maladies de système, syndrome de fatigue chronique, syndrome de l’intestin irritable, migraine par exemple – compliquent le diagnostic. C’est pourquoi en règle générale, une batterie d’examens complémentaires est menée pour écarter d’autres maladies comme le syndrome de fatigue chronique, les maux de tête, le syndrome du côlon irritable ou encore le syndrome des jambes sans repos notamment. Dans tous les cas, le diagnostic de la fibromyalgie repose sur la présence d’une douleur diffuse des deux côtés du corps, en haut et en bas de la ceinture, mais aussi, tout le long de la colonne pendant plus de trois mois en continu ainsi qu’une sensation de douleur au niveau de points bien caractéristiques.

    L’évolution de la fibromyalgie

    La fibromyalgie n’est pas une maladie grave au sens strict. Cependant, elle peut entraîner des complications de santé importantes en fonction du diagnostic précoce ou non. Dans tous les cas, cette maladie reste pénible à vivre au quotidien et peut s’avérer invalidante selon les personnes qui en souffrent. L’intensité de la douleur et de la fatigue occasionnée peuvent en effet limiter les activités quotidiennes et avoir des répercussions dans la sphère privée, mais aussi professionnelle. Des aménagements du temps de travail, mais aussi du poste de travail peuvent s’avérer alors nécessaires lorsque les douleurs deviennent trop importantes.

    Les traitements de la fibromyalgie

    Il n’existe pas de traitement universel, mais une approche pluridisciplinaire afin de soulager les maux est dans la plupart du temps préconisée par le corps médical. Elle associe alors des médicaments – antidouleurs et antidépresseurs en l’occurrence – à des pratiques alternatives. Une thérapie non médicamenteuse – yoga, physiothérapie, sophrologie, méditation, tai-chi, qi gong ou encore acupuncture – qui permettent de réduire la douleur. En parallèle, une thérapie cognitico-comportementale peut également aider à se sentir mieux.

    Dans tous les cas, la pratique d’une activité physique régulière adaptée, mais aussi une bonne hygiène de vie permet d’atténuer la souffrance.

Partagez cet article !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire