Carence en fer
Santé

Anémie : les risques encourus à cause d’une baisse d’une carence en fer, voici mon expérience

La carence en fer ne doit pas être négligée, car vous pourriez rapidement basculer dans un cauchemar. Il suffit d’un taux un peu bas et de règles abondantes pour que le taux d’hémoglobines descende en flèche et cela pourrait entraîner de graves conséquences pour votre organisme. Je vous raconte mon expérience, cela m’a aussi permis de découvrir que j’étais atteinte d’anémie chronique. 

L’anémie peut vous faire perdre connaissance

Vous connaissez sans doute les symptômes classiques liés à une carence en fer. Fatigue, essoufflement, augmentation du rythme cardiaque. Ils ne doivent pas être pris à la légère puisqu’ils peuvent clairement s’aggraver. Je les ressentais, mais j’avais tendance à les attribuer à une fatigue liée à ma vie privée ou professionnelle. Finalement, ils masquaient un réel mal-être au niveau de mon organisme. Ne négligez jamais les signaux envoyés par votre corps, vous pourriez éviter des situations aussi catastrophiques. 

  • Des fibromes ont été diagnostiqués il y a quelques semaines, ils mesurent entre 3 et 4 cm. 
  • Ils sont donc à l’origine depuis de longs mois des pertes abondantes pendant les règles. 
  • Ils sont accompagnés de douleurs vives dans le ventre et surtout d’une faiblesse importante.
  • Les caillots sont aussi au rendez-vous pratiquement tous les mois. 

Sachez que les règles abondantes peuvent causer une anémie si vous n’êtes pas traitée et comme je n’avais pas connaissance de ma carence en fer, le drame s’est produit. Les règles ont été plus abondantes que d’habitude, elles étaient même hémorragiques. Après plusieurs heures à se vider dans les toilettes, la perte de connaissance arrive. Cette dernière s’est accompagnée d’une belle chute sur du carrelage avec une plaie à la tête. 

La découverte d’un taux d’hémoglobine très bas

À cet instant, une ambulance vient me récupérer alors que je sens la faiblesse beaucoup plus forte que d’habitude. Les ambulanciers et les personnes qui me prennent en charge à l’hôpital constatent que mon pâle est extrêmement bas. Les premiers examens montrent un taux d’hémoglobines à 5.5 g/dl, le diagnostic tombe. La carence en fer est tellement forte qu’il faut me transfuser. Pendant les examens, je tente de m’asseoir et nouvelle perte de connaissance. 

Je suis alors envoyée après quelques agrafes au niveau de ma tête dans le service gynécologique pour traiter les règles abondantes. 

Transfusion sanguine pour retrouver des forces

Trois poches de sang sont commandées et me sont administrées en quelques heures avec un protocole très précis pour être certain que mon corps réagit parfaitement. C’est à ce moment que vous découvrez l’importance du corps médical, les infirmières et les médecins ont été compétents et surtout réactifs. Je reste donc hospitalisée au cours de la nuit pour tenter de retrouver des forces. 

Ma plaie à la tête me fait un peu mal, l’anesthésie ne fait donc plus effet. Au vu de la position, je ne pouvais pas forcément poser la tête comme je le voulais sur l’oreiller. Les premiers repas ne sont pas folichons, mon estomac est barbouillé, mais je retrouve déjà la forme puisque les poches de sang sont miraculeuses. En parallèle, mes règles perdent en intensité, mon taux d’hémoglobine semble remonter. 

Le lendemain, une nouvelle prise de sang est réalisée et le verdict tombe dans l’après-midi. Je suis passée de 5.5 à 8.1 g/dl. Les médecins après plusieurs vérifications et auscultations décident de me renvoyer chez moi avec un traitement. 

Comment traiter la carence en fer et les saignements hémorragiques ? 

Le médecin spécialisé en gynécologie me donne du Tadyferon à prendre deux fois par jour pour refaire les stocks en fer. J’apprends que cela pourrait être assez long, car si la baisse est rapide, la remontée est toutefois plus longue. J’obtiens un arrêt de travail d’une semaine pour me reposer et le médecin me prescrit une pilule progestative pour arrêter les saignements et surtout les règles. 

Je suis contrainte de prendre une telle pilule puisque l’œstrogène n’est pas envisageable pour moi à cause d’un risque de thrombose lié à une mutation. Il faut donc désormais prendre son mal en patience et attendre que les stocks en fer puissent se refaire pour que je retrouve enfin la forme à 100 %.

Et maintenant ? 

Cette expérience m’a montré qu’il ne faut pas toujours tout expliquer par la fatigue, il y a parfois des problèmes sous-jacents qu’il est impératif de ne pas négliger. En effet, vous pouvez basculer rapidement dans un cauchemar sans fin. Après deux pertes de connaissance, une plaie à la tête, un taux d’hémoglobine extrêmement bas, je me retrouve avec une pilule contraceptive et un traitement contre les carences en fer. J’apprendrais à écouter mon corps et à consulter un médecin dès que j’en ressens le besoin.

À force de tirer sur la corde et de repousser toujours un peu plus loin les limites, le corps peut parfois vous abandonner. Une prise de sang devra être réalisée pour savoir si je n’ai pas d’anticorps par rapport à la transfusion sanguine et pour vérifier le taux d’hémoglobine ainsi que le taux en fer (Ferrinite). En fonction des résultats, le traitement pourrait être allongé. 

Passionnée par le Web, je recherche sans cesse de nouvelles actualités pour vous les partager dans la joie et la bonne humeur. N'hésitez pas à commenter et à relayer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *