Ce sont 838 pages qui vous tendent les bras si vous souhaitez découvrir ce roman écrit par Mélissa da Costa. C’est un petit bijou, je n’ai trouvé aucune longueur puisque chacun des mots a une place importante. Vous serez donc intrigué par l’histoire Emile, touché par une forme d’Alzheimer précoce. Il rencontre alors Joanne qui l’accompagnera pour son dernier voyage. 

Une fin connue, mais un roman tellement émouvant 

L’auteure a su construire son roman avec précision, il y a des pointes d’humour très agréable. J’ai pu me surprendre à sourire et même à rire au fil des réactions de Joanne. Si cette dernière est au départ froide, elle deviendra rapidement touchante et émouvante au fil de l’histoire. Ce roman jongle avec la tristesse, des péripéties, mais également de l’angoisse, des bonheurs et de la peur. Je ne connaissais pas cette romancière et je ne suis pas déçue d’avoir découvert ce livre. 

Mélissa da Costa est capable d’écrire un roman sans vous perdre un seul instant à cause de descriptions hasardeuses ou encore de longueurs. Vous aurez clairement l’impression qu’un film se dévoile devant vos yeux. Il mériterait clairement d’être adapté au cinéma puisqu’il s’agit d’un petit bijou. 

Un roman qui fait écho à mon histoire

Ma grand-mère a été touchée par cette maladie à la fin de sa vie. Ce roman a donc eu un écho, j’ai eu tendance à la revoir dans certaines réactions d’Emile qui est touchant tout au long de l’histoire. Certes, vous serez impuissant puisque son destin est déjà écrit, vous connaissiez donc la fin, mais ce roman mérite tellement d’être connu. Ce n’est pas le premier de cette auteure puisqu’elle a plusieurs romans dans son catalogue, mais il est sans doute le plus poignant. 

À lire  Lilly et le labyrinthe de Blanche Martire, découvrez les interrogations de cette enfant

Je remercie donc Mélissa d’avoir couché sur le papier une histoire aussi belle, car nous avons peut-être tous connu un Emile.